Depuis 1983, soit près de 40 ans, notre association est chaque jour sur le terrain pour gagner de précieuses victoires pour l’environnement, pour la presqu’ile. Notre indépendance est le gage de notre liberté de parole et d'action, en tous lieux et en toutes circonstances. Garantissez notre indépendance et gagnez les victoires de demain avec nous ! Adhérez et Faites un don !

La réunion du 22 novembre a permis aux services des autorités de la défense et des pouvoirs publics de préciser le scénario de l’exercice qui se déroulera sur les deux journées du 12 et 13 décembre prochain. Douze personnes du public, dont des membres de l’UDVN-83, MART et APE étaient présentes. Cette faible participation est certainement due au déclenchement de l’alerte orange prévue à 19h00. La séance a également été écourtée pour cette raison, les services de la Préfecture devant gérer cette alerte.

IMG 20191122a

Scénario de l’exercice. Le 12 décembre l’exercice débutera à 8h00 par la simulation d’un accident nucléaire sous forme d’une « avarie technique » dans le compartiment de l’un des réacteurs du porte-avions Charles de Gaulle. Des victimes sur zone seront simulées et le Plan d’urgence interne (PUI) du port militaire sera déclenché. A la suite de quoi, l’activation de l’organisation nationale de crise et les gestions technique, sanitaire et médiatique de l’événement seront simulées. A ce stade de l’exercice aucun rejet radioactif ne sera simulé mais une augmentation du risque de rejet d’éléments radioactifs dans l’atmosphère sera notifiée comme probable. En fin de journée et avant 18h00 un rejet radioactif imminent dans l’atmosphère sera simulé justifiant le déclenchement du PPI.

Le 13 décembre, l’exercice reprendra à 8h00 avec le rejet simulé d’éléments radioactifs dans l’atmosphère en début de matinée. Le rejet conduira à la simulation de la mise en alerte des populations par le système d'alerte et d'information des populations. Les sirènes d'alerte devraient être utilisées aux fins de l’exercice. La fin de la phase de rejets radioactifs sera suivie par la simulation de la phase de mesure des retombées radioactives sur le domaine portuaire militaire proche ainsi que des secteurs civils concernés par le PPI actuel (Toulon, Ollioules, la Seyne sur mer). La simulation concernera plus particulièrement la gestion des conséquences radiologiques pour les populations et l’environnement par les autorités de la Défense et par les pouvoirs publics : mise à l’abri et confinement des populations, gestion dues trafics routiers, maritimes, ferrés, distribution des comprimés d’iode, contrôles des aliments, etc. L’exercice prendra fin vers 16h00.

Les personnes présentes ont brièvement posé des questions concernant essentiellement les modalités d’alerte des populations, de leur mise à l’abri et sur la distribution/disponibilité des comprimés d’iode.

Vous trouverez ici la fiche d'analyse de l'UDVN83, MART et l'APE pour l’inclusion de la presqu’ile de Saint-Mandrier dans le PPI du Port militaire de Toulon. Voir notre précédent article sur le sujet.